Saint-Merry – Travaux à réaliser - Fondation Avenir du Patrimoine à Paris

Saint-Merry – Travaux à réaliser

La restauration de l’orgue

C’est certainement le chantier le plus urgent en termes de sauvegarde.

L’expertise à laquelle la Ville de Paris a fait procéder en 2008 a montré que l’instrument de Saint-Merry a un style, un caractère propre à respecter. Et c’est cette conception d’un instrument traversant les âges, gardant la mémoire de son histoire et apte à la musique moderne qui a prévalu en 1947 qui sera préservée lors de la restauration qui s’impose et que nous appelons de nos vœux.

Depuis quelques années, les jeunes générations d’organistes, d’organiers et de musicologues s’intéressent à l’esthétique de l’orgue néo-classique et se penchent sur l’œuvre de Victor Gonzalez. La restauration de l’orgue de Saint-Merry permettra de parfaire sa cohérence en se référant sans cesse au raffinement de timbres des jeux anciens d’une qualité exceptionnelle, notamment les anches (trompettes, clairons, bombarde, cromorne, voix humaine et hautbois). L’enjeu patrimonial et musical est de taille : redonner à l’orgue de Saint-Merry la première place dans le paysage instrumental parisien et français grâce à une restauration exemplaire confiée au génie d’un grand harmoniste qui saura respecter et comprendre la qualité exceptionnelle du matériel sonore.

Par « restauration » nous entendons une remise en état de l’instrument pour qu’il puisse être joué en situation de concert, en toute sécurité. Cela inclut pour le buffet la réfection des parties endommagées mettant en péril l’instrument.

Cet orgue souffre aujourd’hui fortement de nombreux maux (tirage défectueux de nombreux registres, combinaisons hors services, nombreux tuyaux abîmés, etc.) au risque de devenir muet, si des travaux conséquents ne sont pas entrepris rapidement. Le programme de restauration commencera par un démontage complet. Il devra prévoir de traiter :

  • La soufflerie pour lui rendre sûreté et égalité, pour permettre l’accord général,
  • Un remplacement des composants mécaniques anciens et volumineux (moteurs de jeux, combinateur – non classés) par des matériaux modernes et peu encombrants, faisant appel à l’électronique, afin de faciliter l’entretien.

 

 

La chapelle de communion

Elle souffre de divers dysfonctionnements, dont le plus grave est le manque d’étanchéité des coupoles créées par Germain Boffrand. Leur traitement est programmé dans le train de travaux d’étanchéité décidé par la Ville.

Mais il faut prévoir la restauration du tableau de Coypel et le nettoyage des autres tableaux, la remise en état des murs et des colonnes, et projeter des travaux permettant voire facilitant les divers usages des lieux.

La chapelle de la Vierge

Les différents éléments se situent à des niveaux de dégradation divers. Les revêtements, boiseries, autel en marbre, vitraux sont à restaurer. Etant donné la grande qualité des matériaux d’origine, il faudrait mettre en valeur les détails de tous ces travaux d’artisanat d’art.

Les autres chapelles

Elles ont connu de nombreuses infiltrations dont il faudra effacer les effets quand la Ville aura terminé la réfection des toitures. Les chapelles nord devront être assainies. Les chapelles sud donnant sur la cour restent très humides et les planchers sont à remplacer. À retenir particulièrement la réfection des fresques et en priorité celle de Théodore Chasseriau (1843) dans la troisième chapelle Nord, très visitée.

La Gloire

Très visible dès l’entrée, elle s’écaille et est à reprendre.


 

Pour en savoir plus sur les enjeux de restauration de l’orgue…

L’orgue de Saint-Merry est parmi les plus réputés de Paris ; il garde la trace de plus de trois siècles de facture des plus grands organiers parisiens : les frères de Héman, François-Henri Clicquot, Aristide Cavaillé-Coll et plus près de nous Victor Gonzalez.

Sous l’impulsion des organistes du moment, Charles Pillet au XVIIe siècle, Antoine Desprez à la fin du XVIIIe siècle, Camille Saint-Saëns au milieu du XIXe et Norbert Dufourcq pendant une grande partie du XXe, ces facteurs restaurèrent ou plutôt reconstruisirent l’orgue de Saint-Merry et le firent bénéficier des progrès techniques de la facture pour le rendre apte à la musique nouvelle.

Ainsi l’orgue de Saint-Merry n’a cessé d’évoluer du XVIIIe au XXe siècle, adoptant à chaque époque un élément nouveau complétant l’acquis, ce qui lui donne cette originalité partout reconnue qui fait sa renommée internationale. Nous voudrions qu’il renoue avec cette dynamique d’évolution et apporte aux musiciens d’aujourd’hui un instrument unique à Paris.

L’instrument restauré devra parfaire sa cohérence en se référant sans cesse au raffinement de timbres des jeux anciens d’une qualité exceptionnelle, notamment les anches (trompettes, clairons, bombarde, cromorne, voix humaine et hautbois). L’expertise à laquelle la ville de Paris a fait procéder en 2008 a conclu que l’instrument de Saint-Merry a un style, un caractère propre à respecter.

Autant qu’une richesse patrimoniale, les grandes orgues sont acteurs de la vie cultuelle et culturelle de Saint-Merry

Ces orgues sont l’une des pièces majeures de la vie musicale exceptionnelle de Saint-Merry. Depuis près de quarante ans, de nombreux acteurs bénévoles éclairés ou professionnels confirmés alimentent et renouvellent cette activité musicale avec enthousiasme, dans des cycles très divers, tous publics et tous répertoires.

Dans la liturgie, l’orgue occupe une place de choix : les organistes improvisent et l’orgue parle à tous. Mais dans l’état actuel de l’instrument, les concerts d’orgue sont exclus… Or le potentiel de développement de l’orgue est considérable avec l’ensemble des initiatives musicales de Saint-Merry (accueil musical tous les week-ends depuis quarante ans, manifestations régulières de groupes de musique contemporaine, etc.) et avec des partenariats extérieurs (IRCAM, stages d’orgue, etc…).

Une église « ouverte » en plein centre de Paris, dans un quartier touristique

L’église qui abrite ces orgues, voisine du Centre Pompidou et de l’IRCAM, est animée par une Communauté chrétienne entreprenante. Elle est engagée dans une action liturgique tournée vers la modernité et aussi, sans confusion mais non sans rapport, avec sa mission spirituelle dans une action artistique exigeante dans tous les domaines : art vivant, arts plastiques, art numérique, musique.

La fréquentation de ce lieu ouvert, au propre comme au figuré, est en constante progression. Patrimoine, culture vivante, spiritualité, chacun peut venir y chercher une découverte, une stimulation, un enrichissement, une rencontre.

Toute l’année, l’église, à proximité immédiate de Beaubourg, incite de nombreux visiteurs à la visite, et cette attraction ne fait que grandir depuis la magnifique restauration du porche. A Saint-Merry, il y a toujours quelque chose à voir et à entendre.

 

Revenir à la page Saint-Merry

© Copyright 2017 Fondation Avenir du Patrimoine à Paris – Sous l'égide de la Fondation Notre Dame – 10, rue du cloître Notre-Dame 75004 Paris – Tél. : +33 1 78 91 91 16 – Mail de contact

Connexion utilisateur